Film 71° solitude nord


 

J'ai rencontré Damien Artero en 2010 lors du salon du livre de Montpellier. Nous étions tous deux invités à une table ronde en compagnie d'un troisième larron : Arnaud Duvillard. Le journaliste éloquent s'évertuait à vouloir opposer les deux voyageurs à vélo (Damien et moi) à ce jeune homme qui avait parcouru la zone des grands canyons américains à bord d'une voiture américaine, en dormant dans des motels américains, se sustentant dans des Mac Do américains. Bref, vivant comme un américain afin de s'imprégner au mieux de cette culture américaine. Sa démarche était très louable et le propos d'Arnaud très intéressant et pertinent mais allez savoir pourquoi, le journaliste ne parvenait pas à le considérer comme un "vrai" voyageur.

 

Damien, qui au début a bien tenté d'expliquer cordialement à ce journaliste  qu'il y a autant de manières de voyager que de voyageurs, a ensuite à peine perdu patience pour employer des termes plus directs.

 

Bon, table ronde terminée et journaliste évincé, nous sommes allés (Damien, Arnaud et moi) continuer à discuter autour d'une table, carrée cette fois-ci. Et Damien de nous expliquer sa manière de s'alimenter : végétarien crudivore. Je crois qu'on peut dire comme ça. Je l'entends parler de recettes de biscru (par opposition à biscuit), de pattes d'amandes faites maisons, de dattes, de figues...

 

Bref, venons au fait . Lorsque je commence à me pencher sur la question alimentation de mon expédition, je recontacte Damien, qui me demande de lui expliquer un peu mieux mon projet... J'apprends alors qu'il n'est pas seulement auteur mais aussi réalisateur indépendant ET autonome. De fil en aiguille, il est décidé d'un commun accord qu'il me suivra un peu au début de mon aventure et reviendra un chouillas à la fin. En échange de quoi je prends en charge ses frais de déplacement. En échange de quoi il fera mes déposes de ravitaillement aux endroits convenus. La machine est en marche.

Nous sommes partis. J'ai tiré la pulka et réalisé ce que j'avais rêvé et imaginé. Il a filmé et réalisé tout court. Bon, j'ai filmé aussi, pas mal, je ne reviendrai pas sur les contraintes que ça engendre. Un film. Enfin... des films. Une version longue 70 minutes intitulée "71° Solitude Nord", un making-of du tournage dans ces conditions hostiles (33 minutes), des bonus... tout ceci se trouvant sur le DVD. Et une version courte 52 minutes destinée aux festivals, projections, télés éventuelles...

 

Voilà la bête !

 

 

Et maintenant qu'en fait-on de ce film ?

 

Eh bien on tente au mieux de refourguer notre camelote à tout preneur, dans le but que Damien, qui jusque-là, a plutôt oeuvré sous le terme de bénévolat que de travail, puisse se rémunérer de ses heures de tournage et de montage, et que je sois remboursée des frais supplémentaires inhérents à sa présence.

 

Voilà ! A bon entendeur...