Les routes de la démesure, Phébus


 

Bonjour,

 

"Les routes de la démesure" est la seconde partie de notre traversée de l'Asie à vélo couché. Comme pour "Aux portes de l'Orient", je suis éditée par la maison Phébus. Dès février 2012, je travaille à la retouche du manuscrit avant de l'expédier à mon éditeur mi avril.  Fin mai toutes les corrections (peu) sont effectuées. Aujourd'hui, le visuel est défini (ci contre), la quatrième de couverture est rédigée. Tout est prêt, ne reste qu'à mettre en route les rotatives. Sortie en librairie tout début octobre 2012. 

 

Pour ce titre comme pour le précédent, tout est allé comme sur des roulettes avec la maison d'édition et c'est un vrai plaisir que de travailler. 

Vous trouverez dans ce présent volume de 400 pages environ, le récit de nos aventures à travers les pays suivants : Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Chine, Pakistan, Népal, Inde. Il parait qu'il est mieux écrit que le premier.

 

Ci dessous le texte de la quatrième de couverture :

 

Avril 2009. Nathalie et Michel Courtet, après avoir en 2008 gagné l’Iran en partant du massif du Jura, remontent sur le vélo pour la seconde partie de leur traversée de l'Asie à vélo couché. De Astana au Kazakhstan à Delhi en Inde : huit mois de périple. Après une mise en jambes dans les interminables steppes kazakhes, ils traversent le Kirghizistan et s'attaquent aux routes parmi les plus hautes de la planète en enchaînant la Pamir Highway au Tadjikistan, la Karakoram Highway entre Chine et Pakistan, et la route du Ladakh dans l'extrême nord de l'Inde. Ils poursuivent ensuite leur périple au Népal avant de suer sur les pistes du Sikkim et de rejoindre Delhi par les rives du Gange.

Des étendues désertes, en altitude, aux rues surpeuplées de Delhi, du froid mordant des plateaux tadjikes à la touffeur de la mousson indienne, de la vie austère des bergers célestes à celle, exubérante, des villes bordant le Gange, Nathalie Courtet dépeint les moments de découragement ou de bonheur, les rencontres délicieuses, les difficultés et les obstacles, l'état d'âme comme celui des routes...

Nathalie Courtet, née en 1970 dans les montagnes jurassiennes, travaille seize années dans l'industrie avant de devenir accompagnatrice en montagne. Michel est menuisier-ébéniste. De 1992 à 2007, de courtes escapades à travers les cinq continents font naître chez eux une passion pour l'ailleurs. Le voyage à vélo s'impose comme une évidence. En 2008, ils partent de chez eux pour rejoindre Téhéran. Au terme de sept mois exaltants Nathalie Courtet publie alors « Aux Portes de l'Orient, L'Asie à vélo couché, 1 », aux éditions Phébus, avant de repartir...