Québec – Frontière US Vermont

 

La coloc qui m'accueille occupe le bâtiment d'une ancienne usine de découpage de viande. Reconversion réussie. Charpente métallique et tuyauterie en partie apparentes donnent un look vintage que j'aime beaucoup. Le tout au cœur du quartier Limoilou, très en vogue actuellement. Dans le temps, c'était le quartier où se situaient les usines et les logements ouvriers. À Québec, j'ai vu des rues aux façades colorées, d'autres en pente, des remparts, des touristes par centaines qui mangent des glaces pour se donner l'illusion de se rafraîchir sous le ciel lourd à la limite de craquer en orage, des vues superbes sur le fleuve roi, celui qui a vu arriver les Français et les batailles contre les Anglais. D'ailleurs dans les jours suivants, sur ma route vers Montréal, je traverse tous les villages historiques, avec des vestiges de fortifications. Sur le fleuve passent les super tankers, devant les maisons, des pancartes « Viens pas couler chez nous ! » et d'autres qui protestent contre ce que je comprends être un projet de pipeline. Pour remonter le cours, les bateaux changent de main, les capitaines du Saint-Laurent prennent la relève et assurent le pilotage, extrêmement délicat. Les hauts-fonds sont nombreux, le chenal de navigation étroit et parfois entre des zones de petits rapides. Il faut tenir compte des marées qui se font sentir encore même si l'eau n'est pas salée ou alors si peu qu'on n'en sent le goût. Les bateaux peuvent ensuite remonter très loin dans les terres américaines par les grands lacs. Justin, le contact de la coloc de Québec chez qui je dors une nuit à Deschambault me dit qu'à partir de la confluence avec le Saguenay, l'eau n'est plus salée. Justin me dit aussi que depuis deux ans qu'il habite ici avec sa famille, deux supertankers sont restés pendus. Et je connais tout de la fabrication du sirop d'érable, le géant barbu et chevelu n'a pas été avare de détails et sa production est délicieuse.

 

Pour me rendre à Montréal, je prends la route 138 qui longe le fleuve. Elle est tranquille car parallèle à une autoroute qui absorbe une grosse partie du trafic, et celui des poids-lourds en totalité (mais assez loin pour ne pas la voir ni l'entendre). Et je vois les supers tankers. C'est plat, c'est bien pour mes jambes après toutes les bosses du Charlevoix. Toutefois pressée d'arriver à Montréal chez Marie et Guillaume, j'irai jusqu'à faire une étape de 160 km, profitant d'une température fraîche et d'un vent nul.

 

Je maîtrise de mieux en mieux le Québécois, les « cââââlice », « tabernac », « crisment », « char, noirceur, brunante et astheure (à cette heure), maringouins, barguiner, maganer, débarbouillette » n'ont plus de secret pour moi. Et je sais bien dire « Bon jour » quand je m'en vais, en guise de « Bonne journée » et emploie le « scorrec » pour « c'est correct » qui veut dire « ça va » à toutes les sauces. Il faudra tout de même que je finisse par goûter de la poutine.

 

La Rivière des Outaouais vient grossir les eaux du Saint-Laurent en amont de Montréal. La première se divise en Rivière des Mille Îles et Rivière des Prairies. Entre les deux il y a Laval (île Jésus), tandis qu'entre le Saint -Laurent et la Rivière des Prairies se trouve l'île de Montréal. Elle est grande cette île, et très peuplée. Je m'y suis arrêtée deux jours et demi chez Marie et Guillaume. Je n'ai pas vu le temps passer, j'ai été chouchoutée encore. Qu'écrire ? Je vais me perdre dans les superlatifs. J'ai marché dans la vieille ville, sur les quais du vieux port, écouté Dju (groupe musical de Montréal) sur la place d'armes et gravi le Mont Royal, ça ne peut pas se louper. De là haut, la vue sur les buildings de la ville est belle.

 

Je suis partie le matin du 16 juillet de Montréal. Et contrairement à mon idée première qui était d'aller passer pas très loin de Ottawa, je vais partir vers le sud et passer la frontière avec les Etats-Unis (enfin... j'espère). Le but est d'aller visiter un peu le Vermont et les White Mountains du New Hampshire. Ensuite je toucherai l'océan dans le sud du Maine vers Portland pour revenir couper le Saint Laurent dans l'état de New York en passant par les Adirondack Mountains. Sortez l'atlas ou connectez vous sur Google maps ! Encore un joli détour en perspective, qui devrait m'offrir d'autres paysages pour un temps.